Accueil du site > Syndicalisme / Luttes > Archives Syndicalisme 2005 > THOMSON S’EN PREND AUX 35 HEURES

THOMSON S’EN PREND AUX 35 HEURES

mardi 6 décembre 2005

site à visiter:http://sud-industrie35.org/

Communiqué de presse

Vendredi 2 décembre, la direction de Thomson R&D France (430 salariés à Cesson- Sévigné) a dénoncé les accords d’entreprise sur le temps de travail (35 heures) et sur les congés.

Le Groupe Thomson se porte pourtant très bien : près de 6 milliards d’euros de chiffre d’affaire en 2004, une marge nette de 11 % et 80 millions d’euros distribués aux actionnaires. Aujourd’hui il cherche à accroître encore ses profits en se débarrassant des quelques usines qu’il possède encore en France (Angers, Bagneaux, Genlis, Gray) et en profitant toujours des subventions publiques, par exemple les « pôles de compétitivité ».

Le centre de recherche et développement de Cesson-Sévigné a des compétences mondialement reconnues, au sein du Groupe comme à l’extérieur. Depuis 1999 ses salariés travaillent 35 heures par semaine (un vendredi sur deux en RTT), au prix d’augmentations salariales en moyenne inférieures à l’inflation. L’essentiel des modalités de cet accord, bien que seulement signé par un syndicat minoritaire, donnaient pourtant satisfaction à tout le monde.

Mais depuis quelques mois la Direction cherche à lui substituer un nouvel accord augmentant le temps de travail de plus de 5 jours par an sans aucune compensation. SUD Industrie 35, syndicat majoritaire (48 % aux dernières élections) refuse ce qui s’apparenterait à du travail gratuit, et qui serait en fait un moyen de pression pour que les salariés acceptent de passer au « forfait jours », c’est-à-dire ne plus comptabiliser leurs heures de travail en échange cette fois d’une augmentation salariale de 4 %. La Direction de Thomson cherche donc aujourd’hui à passer en force en ajoutant, comme moyen de pression supplémentaire, la suppression de certains jours de congés prévus dans un autre accord signé par l’ensemble des syndicats.

Rappelons qu’il y a deux ans, cette même Direction voulait licencier 60 personnes au prétexte d’une prévision de baisse d’activité. L’action des élus du CE et la mobilisation des salariés ont eu raison de ce projet, dont l’incohérence a été depuis démontrée par la nécessité d’embaucher des dizaines de salariés et de faire appel à une centaine de prestataires.

Contact :

Jean-François Vial (secrétaire de SUD Industrie 35) - 06 27 34 02 26

José Térol (délégué syndical SUD à Thomson - 06 84 45 25 57

Proposer un complément d'infos

SPIP | Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0