Accueil du site > Politique > Présidentielles 2007 > Le PCF propose Marie-George Buffet comme candidate antilibérale

Le PCF propose Marie-George Buffet comme candidate antilibérale

dimanche 12 novembre 2006

dim. nov. 12, 2006 3:46 CST

par Daniel Rouquié

PARIS, 12 novembre 2006 - Les militants communistes ont choisi à la quasi-unanimité Marie-George Buffet pour être candidate à l’investiture d’un « rassemblement antilibéral » à la présidentielle de 2007, a-t-on appris dimanche au siège du PCF.

La secrétaire nationale du PCF était en lice avec deux autres candidats qui souhaitaient porter les couleurs du Parti communiste : Maxime Gremetz, député de la Somme, et Jean-Jacques Karman, adjoint au maire d’Aubervilliers. André Gerin, député-maire de Vénissieux qui a été un moment postulant, a renoncé à se présenter.

Les militants ont voté à 96% pour la stratégie de rassemblement de la dirigeante communiste, précise-t-on. Les deux autres candidats ont recueilli respectivement 2,6% et 0,8% des suffrages exprimés.

La candidature de Marie-George Buffet sera présentée aux collectifs antilibéraux - quelque 650 mouvements issus du « non » au référendum de 2005 sur le projet de Constitution européenne - lors d’une réunion nationale les 9 et 10 décembre.

Lors de ce rassemblement, sera adopté « par consensus » une candidature commune antilibérale pour la présidentielle.

Marie-George Buffet est a priori bien placée pour l’emporter, compte tenu du poids des militants communistes dans les collectifs dont ils représenteraient la moitié environ, indique-t-on au PCF.

CINQ CANDIDATS ANTILIBERAUX

Outre la secrétaire nationale du PCF, quatre autres personnalités ont fait part de leur souhait de représenter la gauche antilibérale à la présidentielle. Il s’agit du leader altermondialiste José Bové, de Patrick Braouezec, député communiste de Seine-Saint-Denis, de Clémentine Autain, adjointe (apparentée communiste) au maire de Paris, et d’Yves Salesse, président de la Fondation Copernic.

José Bové a déjà fait savoir qu’il tirerait les conséquences d’une candidature « imposée ». « Imposer Marie-George Buffet mènerait à une impasse et sonnerait le glas d’un rassemblement antilibéral qui doit être le plus large possible », estime-t-il dans un entretien publié dans le quotidien Libération de samedi et dimanche.

« C’est une contestation complètement individuelle », a rétorqué sur France-Info la secrétaire nationale du PCF, à l’issue de sa désignation. « Il ne faut pas avoir peur. On a voulu une nouvelle démarche politique, (...) il ne faut pas avoir peur de la démocratie. »

En septembre dernier à la fête de L’Humanité, Marie-George Buffet avait manifesté son vif désir de porter les couleurs de la « gauche de la gauche » pour faire barrage à Nicolas Sarkozy, le « petit Bush français » en 2007.

Les collectifs antilibéraux tiennent deux meetings cette semaine, l’un lundi à Grenoble et l’autre vendredi à Montpellier après s’être rassemblés une première fois au Mans lundi dernier.

Sur plus de 93.000 cotisants au PCF ayant droit de vote, plus de 61.000 ont voté samedi et 59.805 se sont exprimés, précise-t-on au siège du PCF. Quelque 57.670 ont porté leur choix sur Marie-George Buffet. En 2002, 77% des votants au PCF s’étaient prononcés pour Robert Hue comme candidat du PCF à la présidentielle, rappelle-t-

1 Message

Proposer un complément d'infos

Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0