Accueil du site > Environnement > L’Agence régionale de la Santé spécule sur la santé des habitants

L’Agence régionale de la Santé spécule sur la santé des habitants

mercredi 1er mars 2017

Communiqué du collectif Douar Didoull

Le 08 janvier 2017, le collectif Douar Didoull interpellait par courrier l’Agence Régionale de la Santé quant à son avis favorable, émis le 19/06/2014, dans le cadre de l’instruction du Permis Exclusif de Recherches Minières dit de « Loc-Envel » et se résumant de la sorte, face aux centaines de pages du dossier de demande de PERM, émanant de la société Variscan : « Monsieur le Préfet. Par courrier du 12 Mai 2014, vous m’avez adressé le dossier cité pour avis. Je n’ai pas d’observation particulière à formuler sur ce projet. J’émets donc un avis favorable. »

Dans ce courrier, tout en informant l’ARS sur l’impact inévitable pour l’ensemble de la Bretagne qu’engendrerait une exploration/exploitation minière sur le périmètre désigné, le collectif Douar Didoull entend demander des précisions sur les arguments qui ont nourris cet avis. Et d’interroger le directeur de l’Agence Régionale de la Santé : « Avez-vous pris en compte l’éventualité d’un incident minier majeur sur la ressource en eau des particuliers ou des nombreux professionnels usagers ? »

Faisant fi des multiples études scientifiques(1) démontrant les pollutions diverses dès la phase d’exploration, la réponse de l’ARS (datée du 31/01/2017), prétendant que sur la zone de Lok-Envel les travaux de recherches, qui déboucheront sur une pré-mine, resteraient inoffensifs et sans impacts, se révèle comme une provocation en matière de santé publique. Reprenant mot pour mot l’argumentaire contenu dans la notice d’impact de Variscan Mines, cette réponse soulève une fois de plus la collusion entre services de l’État et opérateurs miniers dans le cadre de la relance minière en France. Le collectif Douar Didoull dénonce les manquements de ces services dans l’instruction de ces demandes de permis miniers.

Pour rappel, dans les Cévennes, sur le site de l’ancienne mine de Saint-Félix-de-Pallières (30), le 11 février 2016, l’ARS du Languedoc-Roussillon annonçait ses résultats suite à la mise en place d’un dispositif de surveillance sanitaire auprès d’habitants concernés (analyses sanguine et urinaire) et préconisait un « suivi médical personnalisé » pour plusieurs d’entre eux présentant des taux anormalement élevés de métaux lourds (arsenic, plomb et cadmium). Il aura fallu une plainte pour empoisonnement pour que l’ARS daigne mettre en place cette surveillance par crainte d’un scandale sanitaire !

Comme dans les Cévennes, l’ARS Bretagne semble avoir fait le choix de guérir plutôt que de prévenir !

(1) Disponibles sur : http://alternatives-projetsminiers.org/

À noter : le collectif Douar Didoull appelle à manifester le samedi 18 mars 2017 à Guingamp (22), place du Champ au Roy à 10h30, pour l’abrogation définitive du PERM de Lok Envel et de tous les permis miniers en Bretagne et ailleurs.

Renseignements : douardidoull riesup.net

via : http://brest.mediaslibres.org/spip....

Proposer un complément d'infos

SPIP | Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0