Accueil du site > Politique > Jugement des assassins de Frédéric Bourget

Jugement des assassins de Frédéric Bourget

vendredi 17 février 2017

CAR

Deux ans de prison pour un crime raciste

Dans la nuit du 1er au 02 août 2009, Frédéric Bourget était agressé par trois skins d’extrême droite, devant le bar le Tiffany’s, quartier Jeanne d’Arc, à Rennes.(1) Le jugement a été rendu.(2)

Finalement, l’affaire aurait presque pu passer inaperçue, tant le traitement médiatique qui avait eu cours à l’époque des faits était parcellaire et évasif. La nature de la violence qui avait présidé à cette agression était pourtant si évidente que certains des accusés (aujourd’hui complètement coupables) s’étaient fendus de pathétiques défenses de profil dans divers journaux, cherchant à minimiser la nature profonde de l’idéologie (fut-elle celle qu’on trouve au fond d’une pinte de bière) qui les animait.

Ce crime s’ajoute à une liste trop lourde pour être ignorée dans ce qu’elle a de politiquement réel : l’extrême droite tient la violence comme une valeur, un rite d’accomplissement, et même un moyen d’exister. On n’est pas skinhead d’extrême droite sans avoir pour but dans la vie le tabassage d’immigrés ou de gauchistes, à trois contre un dans le cas présent. On ne met pas de coups de docs dans la tête d’un individu qu’on estampille comme « sale gauchiste » par hasard. Il est effarant de constater à quel point le volet « politique » de l’affaire passe pour un « folklore » dans les médias et devant une cours de justice, mais également chez un tas de partis politiques habituellement très prompts à communiquer.

A l’heure exacte où des inculpés d’Aulnay-sous-Bois prennent du ferme pour des délits imaginaires, au jour ou une poubelle qui brûle déclenche une avalanche de « dénonciations outrées »…des nazis qui tuent prennent deux ans. Il ne s’agit même pas ici de réclamer une forme de « justice » dans la justice bourgeoise, mais de noter à quel point la motivation d’extrême droite passe presque pour une « circonstance atténuante », un synonyme de « à l’époque j’étais pas bien dans ma peau », et à quel point le silence politique autour de cette affaire est inquiétant.

L’extrême droite doit être combattue pour ce qu’elle est : une entreprise meurtrière !

1 - Michel Tanneau, « Les skinheads avaient cogné, un homme était mort« , Ouest-France, 30 décembre 2009. Lire ici : http://www.rennes.maville.com/actu/...

2 - « Rennes. Trois ex-skinheads condamnés pour des coups mortels« , Ouest-France, 03 février 2017. Lire ici : http://www.ouest-france.fr/bretagne... [↩]

http://www.antifabzh.lautre.net/roa...

Proposer un complément d'infos

SPIP | Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0