Accueil du site > Politique > Présidentielles 2007 > Ce sera donc Ségolène Royal…

Ce sera donc Ségolène Royal…

vendredi 17 novembre 2006

Issue donc sans surprise, Ségolène Royal sera la candidate du Pari socialiste pour la présidentielle. Si son score, 60,2 %, est inférieur à celui de Marie George Buffet la semaine dernière au sein du PC, 96%, elle vient largement en tête face à ses deux concurrents, DSK, 20,83% et Fabius, 18,54%.

La logique du vote utile a fonctionnée au sein même du PS en réponse à l’argument de Royal, faites en sorte que la candidate du PS soit en position de force. Et cela malgré les perfides propos de Sarkozy cherchant à l’affaiblir en déclarant qu’elle était sa candidate préférée… Ou le soutien de Frêche qui venait une nouvelle fois de se faire remarquer par ses propos racistes et stupides.

La logique du vote utile a d’autant mieux fonctionné en faveur de Ségolène Royal que les différences de programme et d’orientation étaient pour le moins difficiles à percevoir chacun se revendiquant de la synthèse du Mans. Et Ségolène Royal est apparue, avec une certaine logique, comme la plus à même de défendre l’orientation libérale du Parti socialiste.

Les dirigeants du PS se réjouissent, ils ont réussi à contrôler les luttes d’influence et les ambitions rivales en un débat interne qui leur donne une image ouverte et démocratique face à une droite monolithique autour de son petit chef, rivale de Le Pen.

« L’heure maintenant sera au rassemblement, a déclaré Ségolène Royal. Aujourd’hui, je repars de la base pour remonter la montage et gravir cette montagne avec les militants socialistes qui m’apportent leur confiance, avec tous les Français qui ont envie que ça change et nous allons tous ensemble gravir cette montagne jusqu’en mai 2007 ».

Du point de vue des classes populaires, il y a toute probabilité que la montagne accouche d’une souris…libérale. Ségolène Royal a gagné parce que c’est elle qui représente au mieux le nouveau PS, adapté à la mondialisation libérale et impérialiste.

Moderne comme disent les esprits éclairés du jour, ceux qui, avec elle, ont voté oui au traité constitutionnel le 29 mai 2005, à l’économie de marché et à la concurrence libre et non faussée…

Au moins, les choses sont claires.

Proposer un complément d'infos

Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0