Accueil du site > Politique > Présidentielles 2007 > Alternative à gauche pas de consensus

Alternative à gauche pas de consensus

dimanche 10 décembre 2006

ILE-SAINT-DENIS, Seine-Saint-Denis (Reuters) -

Faute de consensus sur le choix d’un candidat pour 2007, le millier de délégués de la gauche antilibérale réunis à l’Ile-Saint-Denis, près de Paris, a décidé dimanche de consulter à nouveau les 750 collectifs locaux constitués en France.

Ils demandent aux militants des diverses sensibilités de la gauche radicale d’émettre des « avis et propositions pour dépasser le blocage actuel » dans un délai raisonnable, dit le texte entériné par le Collectif national.

En dépit du poids du Parti communiste dans le mouvement issu de la victoire du « non » au référendum sur la Constitution européenne en 2005, Marie-George Buffet n’a pas réussi à imposer sa candidature, au terme de débats houleux.

Même si les ténors de la gauche radicale refusent de parler d’échec, les logiques d’appareil qui opposent depuis plusieurs mois les différents courants semblent devoir persister.

La secrétaire nationale du PCF considère que la consultation des collectifs locaux doit déboucher sur un nouveau vote, dont elle espère sortir vainqueur face à ses deux concurrents, la jeune Clémentine Autain, adjointe au maire de Paris (apparentée PCF), et Yves Salesse, président de la fondation Copernic.

« Je dis, retournons vers les collectifs locaux le plus vite possible. Si les collectifs locaux redisent la même chose, il faudra bien les entendre », a-t-elle déclaré aux journalistes.

« Si on continue comme ça, à la veille du 22 avril (NDLR : le 1er tour de la présidentielle) il sera trop tard », a-t-elle ajouté.

Marie-George Buffet était arrivée en tête d’un premier vote des collectifs locaux, très contesté par ses opposants en raison des différences de méthode et de son caractère consultatif.

« POSITION D’EQUILIBRE »

Or, les représentants des autres sensibilités ne l’entendent pas de cette oreille, soulignant que les collectifs locaux devront avant tout faire de nouvelles propositions, éventuellement sur de nouveaux candidats potentiels.

« Buffet tente de remettre le passage en force qui était prévu ce week-end à la semaine prochaine », a déploré un militant, membre d’un collectif du sud de la France.

Clémentine Autain, qui a réitéré sa candidature, a réaffirmé que la méthode retenue restait celle du « double consensus » entre militants et organisations et que les collectifs avaient pour mission de « trouver une solution ».

« Il y a un désir profond d’unité. Si on ne respecte pas la méthode du double consensus, l’espace commun éclatera », a-t-elle estimé.

Après le renoncement de l’altermondialiste José Bové, les appels s’étaient multipliés pour que les communistes n’imposent pas à tout prix Marie-George Buffet, dont le statut de chef de parti se prêterait mal à une candidature de rassemblement.

Mais la dirigeante communiste, qui a pris le risque de briguer une candidature antilibérale au lieu de se présenter au nom du seul PCF et se préoccupe du sort des 22 députés communistes au lendemain de l’élection présidentielle, n’a pas cédé d’un pouce.

Elle s’est défendue d’avoir noyauté les collectifs locaux avec l’aide de l’appareil du parti, comme le lui reprochent plusieurs acteurs du mouvement social. « J’aimerais qu’on m’en apporte la preuve », a-t-elle lancé.

Tout aussi déterminée, Clémentine Autain estime être la mieux placée pour incarner une « position d’équilibre » au sein du mouvement, ainsi qu’une image de « rupture » et de « novation » dans le paysage politique.

A la tribune, plusieurs intervenants ont fait valoir, sans succès apparent, que sa jeunesse et son indépendance à l’égard du PCF constituaient des atouts dans la bataille électorale, notamment face à la candidate socialiste Ségolène Royal.

Aux cris de « unité, unité », les délégués présents à l’Ile-saint-Denis ont tenté tout au long du week-end d’amener les ténors de la gauche radicale à trouver un compromis.

Beaucoup sont repartis amers, redoutant que l’enthousiasme soulevé par une candidature antilibérale au fil de plusieurs meetings ne s’enlise. « Ne transformez pas l’espoir en champ de ruines », a lancé l’un d’eux.

Proposer un complément d'infos

Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0