Accueil du site > Environnement > A propos de “La caravane des indignés du nucléaires”

A propos de “La caravane des indignés du nucléaires”

mercredi 22 août 2012

La coordination Stop nucléaire nous alerte :

“Une caravane à vélo auto-proclamée « les indignés du nucléaire » par les quelques organisateurs va rouler de Plogoff à Fessenheim. Cela ressemble à une initiative citoyenne mais quand on examine ce que réclament ces quelques inconnus, leurs mots d’ordre, on se rend compte qu’ils servent la soupe aux technocrates socialistes au gouvernement : organiser un débat sur l’énergie et faire croire qu’on est en démocratie avec le nucléaire !”

Les mots d’ordre de la caravane à vélo

Des gens s’apprêtent à rouler à vélo sous les mots d’ordre suivant [1] :

- réveiller le souvenir des résistances victorieuses à la déraison nucléaire,
- exiger une date pour le débat sur l’énergie promis par le candidat Hollande,
- réclamer un dorlotement exceptionnel des salariés des centrales nucléaires,
- et fixer la date de fermeture de la centrale de Fessenheim.

L’Autorité de Sûreté Nucléaire et le pouvoir en place disent « merci » : les organisateurs de la caravane les aident dans leur objectif de gérer le nucléaire le mieux possible. Les Japonais de la révolution des Hortensias sont-ils en train de demander une meilleure gestion du nucléaire ? Non.
Pourtant les randonneurs à vélo en France, oui !

Les représentants associatifs et politiques antinucléaires au printemps 2012 ont aidé le « camarade » Hollande à prendre le contrôle du feu nucléaire, ils ratissent large et trompent leurs adhérents ensuite[2]. Il est naturel que les partisans de la croissance verte demandent un nouveau « Grenelle » à leur maître, cette fois-ci sur l’énergie spécifiquement.

Tous ces co-gestionnaires – Greenpeace, RAC, Agir pour l’Environnement, WWF, Fondation Nicolas Hulot, Yann Arthus-Bertrand et peut-être les Amis de la Terre et SDN –, nous préparent une nouvelle grande tromperie avec moult contraintes administratives nouvelles sur la base émotionnelle de bons sentiments « écologiques » comme « sauver la planète ».

« Les gouvernements les plus honnêtes et ceux qui ont les meilleures intentions sont les plus dangereux. … Quand on est au pouvoir… parce qu’on croit que le pouvoir est le moyen nécessaire pour atteindre les fins qu’on se propose, on trouve tout naturellement et logiquement que ce qui est nécessaire, urgent et primordial, c’est de rester au pouvoir, - et pour rester au pouvoir, on accorde des privilèges pour se créer une cour d’intéressés qui vous soutienne, on constitue une force armée que vous défend et on traite d’ennemis tous ceux qui ne se plient pas à votre volonté.  » (« Ecrits choisis » E. Malatesta).

Nous voulons que les choses soient claires. Nous disons : « arrêt immédiat du nucléaire » et cela signifie que nous ne sommes pas comme ces co-gestionnaires qui n’ont que des bons sentiments à la bouche, qui se trompent et qui trompent leurs adhérents. Nous voulons nous associer avec tous ceux qui veulent d’abord arrêter les réacteurs nucléaires. C’est ce que veulent désormais les Japonais[3]. Soyons vigilants et informons-les sur les dangers de la création d’un « parti vert » à l’image de ceux qui assurent la cogestion du nucléaire en Europe.

Faisons face à nos adversaires – l’État notamment qui ne veut pas arrêter les réacteurs - plutôt que de les aider à gérer leurs installations et leurs pollutions.

Contact : stop.nucleaire yahoo.fr .

STOP NUCLEAIRE STOP CO-GESTIONNAIRES

[1] http://groupes.sortirdunucleaire.or...

[2] Les co-gestionnaires du nucléaire : http://coordination-stopnucleaire.o...

[3] 7,5 millions de personnes ont signé pour la sortie du nucléaire (Le Monde 26 juillet 2012)"

Proposer un complément d'infos

Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0